chirurgie_orl

Si j'ai relativement peu posté, ces dernières semaines, c'est que j'ai enchaîné une gastro-entérite avec une angine à streptocoques, ce qui m'a laissé peu d'envie et d'énergie d'allumer mon Mac. Mais j'ai fait plein d'expériences médicales inédites. Je vais donc vous raconter ma visite chez l'ORL.
Episode 1: la secrétaire:
Vendredi, 13H30. Vous pénétrez dans le Cabinet. Là, telle un Cérbère mal embouché, perchée derrière sa réception sur une chaise de bar tel un Procureur de la République, la secrétaire vous toise d'un oeil méfiant. Elle ne vous connaît pas mais elle vous hait déjà.
"Vous avez rendez-vous? lance-t-elle d'un ton où l'amabilité fait cruellement défaut.
Non. Vous avez vu de la lumière et vous êtes entrée.
"Mmmmmoui! C'est le Dr H. qui m'envoie. J'ai rendez-vous à 13H30."
Vous énoncez votre nom.
Elle se penche sur un grand cahier qui semble faire office de Table de la Loi. Si vous n'y figurez pas, la Jugement Dernier s'abattra sur vous et vous irez crever ailleurs de votre angine surinfectée.
Finalement, elle vous identifie. Elle vous demande si vous êtes bien Mme P. en faisant trois erreurs rien que dans votre nom.
Vous acquiescez de la tête avec, peut-être, un peu trop d'enthousiasme et les yeux brillants d'espoir.
"Carte d'assurance?" demande-t-elle sans vous regarder.
Vous la lui tendez. Elle la prend du bout des doigts, comme s'il s'agissait d'un pain de plastique puis vous désigne la porte de la salle d'attente.
Episode 2: La salle d'attente
La salle d'attente est design. Très design. Trop design.
Après une vague hésitation entre le pouf sur lequel il est impossible de rester assis sans rouler à terre et le canapé archiprofonf, vous éliminez le pouf de vos possibilités. Vous tombez, plus que vous ne vous asseyez dans le canapé noir. En ramant avec vos bras, vous arrivez à vous hisser à la surface et vous restez assis tout au bord, du bout des fesses, dans un équilibre précaire. Vous vous dites que, visiblement, la Dotoresse n'a jamais pris place dans sa salle d'attente, sinon, elle aurait déjà remplacé le mobilier.
Vous regardez autour de vous: de l'autre côté de la pièce, assis sur les deux seules chaises, une mère et son fils étaient là avant vous. Contre les murs, une trentaine de diplômes et de certificats accrochés de travers (en même temps, êtes-vous déjà allé dans une salle d'attente où les diplômes étaient accrochés droit, vous? Moi non!).
Lesdits certificats attestent que le Dr R. est la pro des pros de la rhinoplastie. Du Texas à Vienne en passant par Nishigawa, cette femme-là semble avoir refait le nez de la Terre entière.
Inconsciemment, vous passez une main distraite sur votre nez. La mère avec son enfant vous regarde. Elle pense que vous êtes là pour une rhinoplastie. Pas grave, vous pensez la même chose d'elle.
Episode 3: Le médecin ORL.
La porte de la salle d'attente s'ouvre sur une femme noiraude, belle, élégante. Elle a un visage étrange. Vous vous demandez si elle a fait un lifting parce que sa peau est toute tendue. Son nez est parfait. Elle écorche, elle aussi, votre nom et, vous arrachant à sa contemplation béate, vous la suivez dans son bureau.
Elle vous fait prendre place sur sa chaise d'examen. La chaise n'est pas fixée et tourne sur elle même. Vous faites trois tours sans le vouloir, essayant de vous freiner avec le pied mais la chaise et trop haute, alors vous avez l'air ridicule.
Elle regarde dans vos oreilles. Puis dans votre gorge.
"Haaaaaaaaa! pépie-t-elle d'une voix cristalline. C'est très très moche! C'est tout bullshité! (Elle essaie d'utiliser des mots anglais car elle a compris que vous étiez nulle en allemand). Vous prenez des antibiotiques?"
Vous ignoriez qu'en Autriche, les antibiotiques étaient en vente libre.
"Heu... nooooooon....", faites-vous en vous sentant un peu stupide.
Elle se lève, va à son bureau, rédige une ordonnance qu'elle vous tend du bout des doigt, elle aussi.
"Trois fois par jour pendant huit jours!" clame-t-elle.
Vous remerciez, vous levez et lui tendez poliment la main pour la saluer. Elle esquive et vous fait un petit signe en guise d'aurevoir.
"Revenez me voir dans dix jours!" scande-t-elle.
Vous vous réjouissez déjà.

PS: Je n'ai pas trouvé de jolie photo pour mon sujet d'aujourd'hui. L'ORL, ça inspire visiblement pas grand monde....